Bizutage : ne restez pas silencieux, agissez ! Inquiétant, pourtant les étudiants semblent ignorer les risques

Reda azzedu

A chaque rentrée, nous évoquer le sujet du bizutage, cette pratique humiliante et dégradante, peut toucher tout étudiant. Que faire si vous êtes victime ou témoin de bizutage ? Découvrez les démarches à suivre pour mettre fin à cette tradition nocive.

Le bizutage : un acte illégal

Le bizutage est bien plus qu’une simple plaisanterie de campus. Il s’agit d’un acte illégal, puni par la loi d’une amende et/ou d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans. Les faits de bizutage surviennent généralement lors de manifestations liées au milieu scolaire, sportif ou socio-éducatif.

Qui est concerné ?

Le bizutage concerne les élèves et étudiants des écoles et établissements du premier et du second degré, de l’enseignement supérieur et de l’enseignement spécialisé. Il s’étend également aux participants à des activités éducatives, sportives ou socio-éducatives dans des organismes publics ou privés.

Réagir face au bizutage

Si vous êtes victime ou témoin de bizutage, voici les étapes à suivre :

  • Portez plainte au commissariat ou à la gendarmerie de votre choix.
  • Informez immédiatement l’autorité administrative de l’établissement.
  • Les responsables de l’établissement doivent saisir le procureur de la république et engager des poursuites disciplinaires contre les auteurs et les complices du bizutage.

Les sanctions pour le bizutage

Le bizutage est sévèrement sanctionné par la loi. Les coupables risquent jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 7 500 € d’amende. Ces peines peuvent être doublées en cas de victime vulnérable.

En outre, les personnes morales, telles que les entreprises, associations, ou collectivités territoriales, encourent une amende de 37 500 € et la fermeture des locaux ayant servi au bizutage.

Pourquoi le bizutage est-il grave ?

Le bizutage peut laisser des cicatrices psychologiques durables. Il cible souvent les plus vulnérables et peut influencer leur expérience éducative. Même les actes apparemment inoffensifs, comme distribuer du papier toilette dans la rue, ont une dimension humiliante.

Agir contre le bizutage

Briser le silence c’est qu’il faut faire que ça soit en tant que témoin ou victime. Signalez le bizutage à l’établissement, au comité national contre le bizutage, ou à la police. Les chefs d’établissement ont un rôle crucial à jouer en promulguant des règles claires et en excluant les auteurs de bizutage. Il est temps de mettre fin à cette pratique nocive et d’offrir à tous les étudiants un environnement d’apprentissage respectueux et épanouissant.

Textes de loi et références