Entre start-up et grands groupes, les « entreprises de taille intermédiaire » ont des atouts souvent méconnus mais pourtant bien réels pour attirer les talents. Petit panorama d’ETI leaders dans leur secteur où il fait bon commencer sa carrière.Ni PME ni grands groupes, les « entreprises de taille intermédiaire » (ETI) sont celles qui emploient entre 250 et 5 000 salariés et dont le chiffre d’affaires est inférieur à 1,5 milliard d’euros.
Réputées assez petites pour innover et assez grandes pour performer à l’export, elles sont aujourd’hui 5 400 en France selon le gouvernement, qui les considère comme « un véritable actif stratégique ». Car elles « contribuent fortement au dynamisme de l’économie française, au développement des territoires, et au rayonnement du « produire en France » à l’international ». Ces 5 400 ETI emploient en effet plus de 25 % des salariés dans l’Hexagone, réalisent 30 % du chiffre d’affaires de l’ensemble des entreprises, 23 % de la dépense privée de R&D et 34 % des ventes à l’exportation. Elles manifestent également un fort ancrage local : à 78 %, leurs sites de production se situent en dehors de la région parisienne.Plus agiles que les grands groupes et plus résilientes que les PME, ces entreprises s’affirment même comme les véritables locomotives de l’emploi en France. Entre 2009 et 2019, les ETI ont créé 22 % d’emplois de plus que les PME et 7,4 fois plus que les grandes firmes, selon les données compilées par l’institut Trendeo. Un dynamisme que le Mouvement des entreprises de taille intermédiaire (METI) explique par une logique de « capital patient », qui n’a pas les yeux rivés sur les résultats trimestriels, mais recherche plutôt la pérennité. Dans leur grande majorité, les ETI s’inscrivent dans le long terme et investissent dans le capital humain.

Grâce à leur réactivité et à leur capacité d’adaptation, elles proposent un environnement attractif pour les jeunes diplômés. Les décisions sont plus rapides que dans les grands groupes, la communication plus directe et les résultats de son travail plus visibles. La polyvalence et la capacité d’initiative sont des qualités privilégiées. De nouveaux projets voient le jour chaque année et incitent les salariés à s’investir dans le développement de la société. Les ETI sont ainsi très appréciées des jeunes diplômés en quête d’une entreprise à taille humaine. Contrairement aux PME, elles sont dotées d’une taille suffisante pour développer des fonctions supports comme les ressources humaines et accompagner leurs collaborateurs dans leur progression.

Armor, une ETI nantaise devenue multinationale

La société Armor, spécialiste de la chimie des encres et des technologies d’impression, fait partie de ces ETI françaises qui peuvent constituer un tremplin idéal pour de jeunes ingénieurs ou techniciens. Né il y a près d’un siècle, cet industriel met la chimie au service d’applications concrètes : encres et systèmes d’impression tous supports, composants pour batteries lithium-ion, films photovoltaïques souples et objets connectés. Cette ETI nantaise est notamment aujourd’hui n°1 mondial du ruban pour impression transfert thermique des étiquettes code-barres, leader européen de la production de cartouches jet d’encre et n°1 français de la production et de la vente de cartouches laser remanufacturées.

Armor se développe à travers une stratégie de co-industrialisation : elle produit en France des produits semi-finis pour pérenniser les emplois et investit à l’international pour soutenir sa croissance. Les pays émergents asiatiques, le Brésil, les Etats-Unis, l’Inde, l’Afrique du Sud et le Mexique constituent en effet un moteur important du développement du groupe. Avec un effectif de quelque 2 000 collaborateurs dont 780 en France, l’entreprise réalise un chiffre d’affaires de 280 M€ dont 80 % à l’international. Armor est en effet présent dans vingt pays de quatre continents avec 28 implantations industrielles, logistiques et commerciales.

L’entreprise a fait le choix d’un développement de long terme fondé sur « des valeurs d’humanisme, d’innovation et de croissance, alliant capitalisme actionnarial et social, dans un esprit d’entreprise familiale ». Du modèle de l’entreprise familiale, Armor retient la notion de temps et de continuité : il s’agit de construire durablement, avec des investissements dont le retour peut demander plusieurs années. Du modèle actionnarial, l’ETI retient l’exigence de rentabilité pour préparer l’avenir.

Management participatif par la confiance, esprit d’équipe, dialogue social, performance, bien-être et développement personnel sont des priorités de l’entreprise. Armor a notamment créé en 2011 une université interne afin de préparer ses salariés aux métiers de demain. Crèche d’entreprise à proximité du site industriel de La Chevrolière (44), engagements pour la diversité et l’égalité des chances, initiatives pour favoriser la santé et la sécurité au travail, création d’une association sportive… Armor déploie de nombreuses actions pour faciliter la vie professionnelle et l’équilibre personnel de ses collaborateurs.

KP1, une ETI innovante où il fait bon travailler

Parmi les ETI offrant aux jeunes ingénieurs et techniciens un cadre de travail de qualité pour s’épanouir, figure également le groupe KP1. Une entreprise née à Avignon en 1959 et devenue le leader français des systèmes constructifs préfabriqués à base de béton précontraint, pour la construction de maisons individuelles, de logements collectifs et de bâtiments tertiaires et industriels.

L’entreprise emploie aujourd’hui plus de 1 700 collaborateurs, dont 270 cadres. Avec ses 39 sites en France, dont 21 usines de production et 18 bureaux d’études, KP1 est un acteur majeur de l’économie locale depuis plus de 60 ans. Le groupe réalise un chiffre d’affaires d’environ 300 M€. Grâce à son maillage d’implantations, KP1 produit au plus près des chantiers, ce qui lui permet de développer une grande réactivité tout en minimisant les impacts carbone.

 Pour rester leader sur un marché très concurrentiel, KP1 mise résolument sur l’innovation. Le groupe détient plus de 90 brevets. C’est même l’une des rares entreprises du bâtiment à déposer régulièrement des brevets. Le fabricant français s’appuie pour cela sur une direction R&D où travaillent des ingénieurs généralistes ou spécialisés en structure des bâtiments.

En matière de ressources humaines, KP1 s’applique à « développer les talents », à « former, accompagner et développer les compétences de tous ses collaborateurs ». En 2019, 500 d’entre eux ont ainsi suivi une formation. Filière industrie, supply chain, commerce, bureau d’études ou fonctions support, KP1 offre des opportunités intéressantes dans différents métiersLe groupe propose également de nombreuses possibilités d’évolution interne et de mobilité : recrutements, transferts inter-filières, promotions, changements de poste, mobilités nationales… Il s’efforce « de répondre aux besoins de chaque collaborateur et de favoriser la qualité de vie au travail ».

 En septembre 2019, KP1 a inauguré à Vernouillet (28) une nouvelle usine qui fait la part belle à l’automatisation et produira 4 000 m2 de prémurs par semaine. Son emplacement stratégique, aux portes de l’Île-de-France, a été choisi pour mieux desservir les chantiers franciliens avec un impact carbone minimisé, et anticiper la forte demande dans le contexte du Grand Paris et des Jeux Olympiques de 2024. A cette occasion, le groupe a exprimé sa volonté de privilégier l’emploi local et a créé 45 postes en contrat à durée indéterminée. Une politique d’embauches en CDI plutôt rare dans le monde de la construction et qui constitue une autre spécificité appréciable de KP1.

Ceva, au-delà de la santé animale

Basée à Libourne, dans la Dordogne (33), Ceva Santé animale fait également partie de ces ETI offrant de belles perspectives de carrière aux jeunes diplômés. Employant 6 000 collaborateurs, dont plus de 1 600 en France, Ceva est aujourd’hui le premier laboratoire vétérinaire français et le cinquième mondial, avec un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros en 2019. Aujourd’hui, le groupe enregistre une belle dynamique dans la plupart des 46 pays où il est implanté.

Développant une expertise de premier plan dans la pharmacie et la biologie, Ceva se concentre sur la recherche, le développement, la fabrication et la commercialisation de produits pharmaceutiques et de vaccins pour les volailles, les ruminants, les porcs et les animaux de compagnie. Si l’amélioration de la santé animale reste son principal métier, Ceva souhaite se positionner au-delà, en s’impliquant notamment dans la lutte contre la propagation des maladies infectieuses transmises aux hommes par les animaux.

Ceva a pour objectif de doubler son chiffre d’affaires d’ici 2025. Pour cela, l’ETI mise avant tout sur la R&D, dans laquelle elle investit plus de 10 % de son chiffre d’affaires. Elle compte douze centres de R&D dans le monde dont quatre en France. Une structure décentralisée qui permet à chaque équipe de disposer d’une grande autonomie pour développer ses propres idées, des réunions régulières leur offrant l’occasion d’établir des réseaux en interne et avec de nombreux instituts, universités et centres privés de recherche.

Cette ETI affiche la volonté d’offrir à ses collaborateurs un environnement leur permettant « de progresser et de développer leurs compétences, de contribuer de manière croissante aux objectifs du groupe et de collaborer avec de nombreux professionnels au travers de missions variées ». La professionnalisation et l’accompagnement des salariés dans leur évolution sont notamment portés par une politique de formation et de tutorat. Pour faire face à la pénurie de profils de techniciens de maintenance de chaînes de fabrication, Ceva a même créé un CFA d’entreprises avec d’autres ETI de la région Nouvelle Aquitaine. Mobilité interne avec élargissement ou changement de poste, voire de métier, mobilité internationale et expatriation dans le cadre de missions ou de projets… Ceva encourage la mobilité de ses salariés. Passion du client, esprit d’entreprise, solidarité et innovation sont les principales valeurs de l’entreprise.

Il y a donc une vie et des carrières très intéressantes à embrasser dans des entreprises pas toujours à la Une de l’actualité, mais qui sont des références dans leur secteur d’activités et dans leur approche RH.

Votre avis nous intèresse
Reda azzedu

Rédigé par Reda azzedu

Entrepreneur sur le web, Aujourd'hui, Internet représente un volet majeur pour les universités, les petites et les grosses entreprises. Notre but est de vous tenir au courant de toutes les informations sur le monde étudiant, startup, entreprise.