Tout comme le milieu footballistique, une carrière dans le monde des jeux vidéo attire de nombreux jeunes et fait espérer. Cette tendance s’est renforcée avec la popularisation du eSport et le développement de nouveaux métiers, comme testeur de jeux vidéo. Décryptage de la profession de développeur de jeux vidéo : vous saurez si vous êtes faits pour ça !

Concevoir des jeux vidéo, ça s’apprend, mais c’est quand même inné

Déjà, qu’est-ce que c’est, un développeur professionnel de jeux vidéo ? Plus couramment appelé « programmeur », c’est celui qui gère le back-up des jeux, à savoir leur structure informatique. Le langage de développement C ou C++, ça vous parle ? Non ? Dans ce cas, mieux vaut réviser ses basiques.

Pourquoi ? Parce que le codage et la programmation, ça peut s’apprendre. En témoignent les écoles de jeux vidéo et de programming, en plein essor dans l’Hexagone, ou bien les filières spécialisées dans les écoles de commerce, destinées à former des ingénieurs du jeu vidéo.

Mais pour autant, cela ne fera pas de vous un développeur de jeux vidéo. La concurrence est rude : ce n’est votre palmarès de gamer qui fera la différence, mais d’autres qualités et compétences.

 

Les qualités requises pour développer des jeux vidéo

Les qualités intellectuelles sont sans doute votre première force : vos compétences en langage informatique, connaissances API et portabilité de jeux feront de vous un candidat potentiel au recrutement.

Ce qui fait ensuite la différence, c’est votre passion du détail et votre esprit littéraire : il faut savoir raconter une histoire à travers le jeu et le scénario, et le retranscrire à travers les codes. Cette sensibilité est essentielle pour rendre le jeu unique. Aussi, beaucoup de patience et un soupçon de perfectionnisme vous permettront de combattre les moindres doutes des joueurs aux commandes du jeu.

De plus, comme pour les technologies utilisées dans un casino en ligne sur les jeux, le développement de la 3D et d’autres techniques (notamment la réalité augmentée), ont un impact sur les envies de consommateurs. Il faut savoir s’adapter à son temps et savoir répondre aux bonnes demandes, au bon moment.

Du coup, pas besoin d’un palmarès de gagnant et d’une grande école, mais plutôt des compétences en dessin, graphismes ou informatique, et des qualités d’écoute.

 

Les tendances et reconversions du métier

Il est vrai que le statut de développeur / concepteur de jeu vidéo n’est pas forcément le plus stable : plus de 40% exercent en freelance, ce qui signifie qu’ils sont embauchés « à la mission ». Les studios (qui représentent 66% des employeurs de développeurs) peinent à embaucher sur du long terme.

C’est pourquoi beaucoup se tournent aussi vers le métier de testeur. Beaucoup en rêvent puisqu’il consiste à tester ce que le développeur met en place : vérification de la cohérence de l’histoire et du scénario, contrôle des bugs, test des différents modes de jeux, etc.

Il est vrai que le métier de développeur de jeux vidéo n’est pas offert à tous, même après une école reconnue. Votre bagout et votre bagage intellectuel et votre créativité, ainsi que votre connaissance des jeux, seront un facteur déterminant pour une embauche.

Alors, commencez par trouver une école et lancez-vous dans le milieu du jeu vidéo !