Sûreté aéroportuaire : un secteur qui recrute

Bien que les chiffres du chômage soient plutôt bons (ils sont d’ailleurs en baisse en 2019), il est toujours difficile de trouver du travail. Surtout dans certaines filières.

Heureusement pour les demandeurs d’emploi, il existe certains métiers qui recrutent à tour de bras. C’est le cas de la sûreté aéroportuaire.

La sécurité des passagers : l’assurance de trouver rapidement du travail

Tous les Franciliens ont sûrement entendu parler de la construction du nouveau terminal de l’aéroport de Roissy. Appelé Terminal 4, d’après une étude du Groupement d’Intérêt Public, ce dernier permettra de créer plus de 40 000 emplois d’ici la fin de sa construction (en 2037).

Bien que l’achèvement de la construction soit assez éloigné, il faut noter que tous les métiers liés au bon fonctionnement d’un aéroport restent en forte demande. D’ailleurs, le secteur du tourisme a toujours du mal à recruter. Et pas seulement au niveau du personnel de bord. Mais aussi au sein de l’aéroport même.

Au niveau de la sûreté, par exemple, ce sont plus de 3000 postes qui sont encore à pourvoir aujourd’hui. Surtout qu’il est possible d’obtenir des aides de financement pour démarrer une formation courte et être en poste rapidement. Une opportunité à saisir pour toutes les personnes à la recherche d’un emploi aussi intéressant que durable.

Être agent de sûreté : qu’est-ce que ça veut dire précisément ?

Quand on prend l’avion, on doit passer par différents check-point. Ce sont à ces niveaux qu’intervient l’agent de sûreté. Son rôle est, en effet, de contrôler chaque passager afin de vérifier que les personnes qui se préparent à embarquer ne portent rien de dangereux sur elles. Il peut donc être aussi bien amené à fouiller les bagages qu’à effectuer des fouilles corporelles ou à soumettre certains passagers à des interrogatoires. De plus, il doit avoir assez de sang-froid et de diplomatie pour calmer, voire maitriser, les personnes récalcitrantes.

Pour devenir agent de sûreté, il suffit d’avoir son CAP et un casier judiciaire vierge. Si le candidat remplit ces conditions, il peut être accepté en Centre de formation aéroportuaire et profiter d’un apprentissage associant partie théorique et pratique.

À noter : l’agent de sûreté est généralement employé par une entreprise privée ayant passé un contrat avec certains aéroports. De plus, c’est un métier qui demande d’effectuer des horaires décalés et de travailler le soir, le week-end et les jours fériés. Concernant son salaire, il débute au SMIC et peut terminer sa carrière avec un salaire brut mensuel avoisinant 3000€ (hors primes).

Ceci étant dit, ce n’est pas le seul métier lié à la sûreté aéroportuaire. Il ne faut pas oublier non plus les pompiers d’aéroport (seulement accessibles aux pompiers professionnels et volontaires) et les agents de piste qui guident les avions et s’assurent de la bonne sécurité des passagers sur les pistes. Pour découvrir plus de chiffres et d’informations sur ce métier, cliquez Ici.